Chroniques de la répression ordinaire (I): Jennifer Bobette

[Originellement publié sur Ricochet le 8 Novembre 2014]

Cet article débute une série de témoignages de répression policière et juridique vécues dans le contexte de la grève étudiante de 2012 et de ses suites. Bien que ces témoignages relateront des expériences particulières qui méritent en elle-mêmes d’être connues, ils témoigneront aussi fréquemment de modus operandi utilisés par les agents de l’état lorsqu’ils se croient en position légitime de réprimer. J’espère que la connaissance de ces modus operandi nous aide à les reconnaitre à l’avenir, à les dénoncer et à les renverser.

Préliminaires

Jennifer Bobette est une artiste de cirque et une organisatrice de concerts punk dans la vingtaine. Elle demeure à Montréal. Il y a de cela quelques années, alors qu’elle organise des concerts au défunt Café Chaos, elle est dans le collimateur des policiers du Poste de quartier 21 (Ville-Marie) du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui lui demandent déjà « quels tickets on va te donner aujourd’hui? ». Elle en reçoit un pour avoir crié à un musicien qu’il avait oublié son amplificateur (bruits audibles), un autre pour avoir fumé une cigarette devant le Café Chaos avant un concert (obstruer la voie publique), un autre pour avoir jeté une cigarette par terre (jeter des déchets sur la voie publique). Elle reçoit aussi quelques contraventions en lien avec l’affichage de ses concerts, contraventions plus salées qu’envers d’autres afficheurs de sa connaissance de quelques centaines de dollars, et incluant systématiquement la confiscation totale de son matériel, ce qui n’est pas usuel.

À cette époque, Jennifer ne manifeste pas régulièrement, sauf en ce qui concerne les manifestations annuelles organisées les 15 mars par le Comité opposé à la brutalité policière (COBP) contre cette brutalité et les 1er mai par la Convergence des luttes anti-capitalistes (CLAC) contre l’exploitation capitaliste des travailleurs et des travailleuses. Elle manifeste pacifiquement, et ne se masque pas. Au printemps 2012, elle se joint comme tant d’autres au mouvement de contestation et participe régulièrement aux manifestations nocturnes. Toujours pacifiquement, toujours sans se masquer. Lorsque les choses s’enveniment, plus souvent qu’autrement en réaction à des interventions policières, elle quitte les lieux. Elle n’est jamais arrêtée.

De la participation à l’implication

Vers la fin 2012, Jennifer commence à s’impliquer en tant que sympathisante de divers collectifs, dont le COBP. Elle souhaite notamment contribuer à démystifier ce dernier en mettant de l’avant d’autres aspects de son travail que la manifestation du 15 mars, comme l’organisation de vigiles ou de concerts bénéfice pour les arrêté-es, les ateliers d’éducation populaire, la distribution de la brochure « Surprise! On a des droits! ». Puisque les femmes sont souvent sous-représentées dans ces comités, elle souhaite également mettre de l’avant une perspective féministe en leur sein.

Avec 2013 vient le retour en force de l’arrestation de masse, technique utilisée à plusieurs reprises en 2012 (et avant) mais délaissée par le SPVM suite à l’arrestation de masse du 23 mai (518 arrestations). La manifestation contre la brutalité policière du 15 mars 2013, qui procède malgré une tentative du SPVM de tuer la manifestation dès le point de départ, mène à deux souricières regroupant 297 personnes arrêtées en vertu du règlement P-6 de la Ville de Montréal. Jennifer, comme plusieurs sympathisant-es du COBP, ne réussit pas à se rendre au point de départ de la manifestation, des policiers bloquant les points d’accès. Jennifer est arrêtée avec 278 autres personnes lors de la manifestation contre le règlement P-6 du 5 avril, en vertu du même règlement. Aucun geste criminel ne fût commis durant cette manifestation: le SPVM, bouchant toutes les issues autour du parc Émilie-Gamelin sauf celle menant au lieu de l’arrestation de masse de la manifestation étudiante contre l’austérité du 22 mars (approximativement 300 arrestations, toujours aucun acte criminel), piégea les manifestant-es après qu’ils et elles aient marché quelques fois autour du parc. Elle fût également arrêtée avec 446 autres personnes le 1er mai 2013, toujours en vertu du règlement P-6. Après une première tentative de souricière dès le départ de la manifestation, les policiers réussissent à encercler le groupe près de leur point d’arrivée, le club 357C, devenu symbole de la collusion entre élus et corporations.

De l’implication au profilage politique

C’est dans le contexte de ces manifestations, plus petites que celles de 2012, et de leurs prises en souricière que les policiers commencent à associer Jennifer au COBP.En chemin vers la manifestation du COBP de cette année, un policier demande à Jennifer si elle est prête pour « sa » manifestation. Après le discours de Jennifer au début de la manifestation, les policiers lui arrachent son mégaphone et le confisquent, sans aucune accusation reliée à ce geste, une pratique récurrente d’année en année. 288 personnes, incluant Jennifer, sont prises en souricière après avoir tourné un coin de rue sans qu’aucun acte criminel n’ait été commis, ostensiblement en vertu du règlement P-6, en réalité parce que le SPVM a choisi, selon les propres termes de son porte-parole Laurent Gingras, d’interrompre la manifestation « pour des raisons stratégiques et en raison de l’historique du mouvement ».

Le 3 avril, lors d’une manifestation contre l’austérité pendant laquelle Robert Fransham, un enseignant retraité à vélo, subit des blessures à la suite d’une charge de l’anti-émeute, un policier de l’escouade urbaine dit à un autre: « Elle à s’appelle Bobette, faut la watcher. » Le 17 avril, lors d’une autre manifestation contre l’austérité, un policier pénètre seul dans la manifestation et dit à Jennifer: « Bobette, oublie pas, on te surveille, à un moment donné on va te pogner. »

Du profilage à la répression

La prophétie se concrétise lors de la manifestation anticapitaliste du 1er mai 2014 organisée par la CLAC. Redoutant une prise en souricière initiale de la manifestation, ce qui s’est effectivement produit (140 arrestations en vertu de P-6), le COBP est responsable d’une deuxième manifestation partant du métro Papineau, manifestation à laquelle Jennifer participe. Cette manifestions est également prise en souricière, coin Plessis et Ste-Catherine. On extrait Jennifer en premier de la souricière, et après lui avoir remis une contravention en vertu de P-6, un policier l’avertit que si elle manifeste à nouveau, elle aura une contravention de seconde offense en vertu du même règlement (1000$ à 2000$ d’amende, contre 500$ à 1000$ pour une première offense, suite aux modifications au règlement en juin 2012; avant , l’amende minimale était de 100$.) Personne d’autre dans la souricière ne reçoit cet avertissement.

Accompagnée de membres du média citoyen CUTV, elle va rejoindre une troisième souricière, un contingent de la deuxième manifestation qui s’était temporairement joint à la manifestation syndicale du 1er mai. Il n’a plus de manifestation, mais l’anti-émeute repousse néanmoins Jennifer, l’équipe de CUTV et les quelques militant-es présent-es en solidarité avec les arrêté-es durant une dizaine de minutes, jusqu’à un parking situé à plusieurs coins de rue de la souricière. Éventuellement, l’anti-émeute quitte et est remplacée par le peloton présent à la deuxième souricière, lors de l’arrestation récente de Jennifer. Celle-ci ne redoute rien: il n’y a plus de manifestation, elle ne manifeste pas, elle n’est même pas dans la rue. Soudainement, un énorme policier se détache du peloton et sprinte vers Jennifer, qui lève les mains. Plaquée au sol, le mégaphone que Jennifer a dans son sac à dos se brise (littéralement) sur son cou. Elle perd connaissance.

Les policiers la trainent par terre, elle reprend connaissance en sentant des coups sur son estomac et ses côtes. On l’amène à l’écart pendant que l’anti-émeute écarte passants et médias. Un policier lui dit: « tu sais Bobette, depuis le temps qu’on veut te pogner, ce soir tu vas passer au cash. » Elle est seule avec eux.

Interlude

Les détails du reste de ce que Jennifer a vécu le 1er mai 2014 doivent être passés sous silence pour l’instant, l’affaire étant devant les tribunaux. S’il plaît à l’univers que quelque vérité puisse sortir de ce processus, on devrait y apprendre que Jennifer a été violentée par des agents du SPVM alors qu’elle était en état de détention; qu’on l’a injuriée de diverses manières, notamment par des propos à saveur homophobe; que certains de ces propos injurieux faisaient référence à des événements de la vie privée de Jennifer qui démontrent que des policiers se tiennent informés sur celle-ci, notamment par Facebook; qu’on l’a menacée d’accusations criminelles n’existant pas de fait; qu’on ne lui a ni lu ses droits ni donné la possibilité de contacter un avocat; qu’on l’a photographiée et fouillée illégalement; qu’on l’a maintenue inutilement dans des positions de stress; qu’on a confisqué son premier constat d’infraction et par la suite relâchée sans aucune preuve physique de son arrestation. Nous devrions y apprendre, globalement, que Jennifer a été torturée physiquement et psychologiquement par le SPVM.

Jennifer va rejoindre des ami-es dans un bar où elle perd connaissance, on l’amène à l’hôpital: traumatisme crânien, entorse cervicale. Plusieurs couches de vêtements ont réussi à protéger Jennifer des autres coups.

Un malheur ne vient jamais seul

Le 7 mai 2014, Jennifer laisse son collier cervical chez elle et se présente à un rassemblement en solidarité avec les victimes de brutalité policière, co-organisé par le COBP et l’Association pour une Solidarité Syndicale et Étudiante (ASSÉ) en réponse, entre autres choses, à la sus-mentionnée brutalité subie par Robert Fransham lors de la manifestation du 3 avril. Plusieurs douzaines de policiers entourent le petit rassemblement statique. Un peloton de policiers incluant plusieurs l’ayant déjà intimidée se place derrière Jennifer, qui malgré sa panique réussit à livrer son discours. Moins d’une semaine après ce rassemblement, le chef de ce peloton, au volant d’une fourgonnette du SPVM, croise Jennifer sur la rue St-Denis et lui demande comment elle va. Jennifer mets ses écouteurs et continue son chemin, le policier continue de la suivre pendant environ un kilomètre avant de la laisser tranquille.

Le 17 juin 2014, pendant qu’un feu est allumé par des employé-es municipaux en face de l’Hôtel de ville de Montréal et que les policiers font hurler les sirènes de leurs véhicules de service, Jennifer est convoquée à la Cour municipale pour une étape préliminaire de la contestation de la contravention qu’elle a reçu lors de la manifestation du 5 avril 2013. Alors que quelques deux cent personnes sont entassées dans le lobby du premier étage de la Cour en attendant d’avoir accès à la salle d’audience, un des policiers qui a arrêté Jennifer le 1er mai 2014 se présente, convoqué pour une autre cause. Les personnes assemblées, incluant Jennifer, se mettent à scander un slogan contre la police, le policier salue Jennifer avant de traverser la foule, qui le laisse passer. Jennifer quitte le lobby peu de temps après. Une demi-heure plus tard, alors qu’elle fume une cigarette sur les marches de la Cour, une femme lui dit qu’un peloton d’anti-émeute fait le tour du bâtiment, à sa recherche. Jennifer ne la croit pas. Deux minutes plus tard, tout juste après qu’un homme lui annonce qu’elle est en train de se faire encercler, plusieurs policiers surgissent de l’intérieur de la Cour et l’empoignent pour l’amener à l’intérieur. Des amis empoignent Jennifer pour empêcher ceci, elle leur demande de la lâcher parce que son cou blessé est douloureux, les policiers la lâchent avant qu’un second groupe de policiers l’empoignent et l’amènent à l’intérieur, où ils l’accotent contre le mur. Le même policier qui a arrêté Jennifer le 1er mai et l’a salué le jour même arrive et insiste pour prendre l’affaire en charge. Il lui passe les menottes et l’amène dans une fourgonnette du SPVM avant de lui annoncer qu’elle est arrêtée pour intimidation d’une personne reliée au système de justice: lui-même.

La fourgonnette du SPVM fait le tour de la Cour municipale pendant environ une demi-heure. On la parade, arrêtant à chaque policier rencontré.

« Heille, check qui on a pogné. » « Nice catch! »

Elle est détenue durant quatre ou cinq heures, puis relâchée avec promesse de comparaitre et la condition de ne pas communiquer avec le policier qui insistait tout juste pour l’arrêter. Déjà deux étapes préliminaires du procès intenté contre elle par l’agent qu’elle aurait intimidé se sont déroulées.

Le présent

Jennifer, nous l’avons déjà dit, a souffert d’un traumatisme crânien lors de son arrestation du 1er mai 2014, et son entorse cervicale a été reconnue « sévère » par la suite. Elle a du porter un collier cervical durant un mois, prendre des anti-inflammatoires pendant deux mois. Une partie du dommage est permanent, et Jennifer n’est toujours pas en mesure de pratiquer son métier. Elle fait des cauchemars et fige lorsqu’elle voit une voiture de police. Selon la psychologue qui la suit depuis quelques mois, elle est atteinte d’une « paranoïa justifiée » de la police. Elle a depuis vécu d’autres incidents de profilage lorsqu’elle circule seule au centre-ville de Montréal ou qu’elle manifeste, ce qu’elle fait moins qu’avant. Elle lutte toujours contre la brutalité policière, et poursuivait la Ville de Montréal pour 85 000$ suite aux événements du 1er mai. Suite aux événements subséquents, elle poursuit la Ville pour 100 000$.

Pour en savoir plus ou aider

Jennifer se raconte dans ce magnifique court documentaire de G.A.P.P. A. et MADOC.

Jennifer parle de profilage politique suite à la première du documentaire (Courts Critiques 3, 14 Octobre 2014, durant le Festival du Nouveau Cinéma).

Contribuez à la campagne de Jennifer pour aider à sa défense.

Advertisements
Chroniques de la répression ordinaire (I): Jennifer Bobette

Lettre ouverte à ceux et celles qui manifesteraient contre P-6 si seulement nous donnions notre itinéraire comme des gens raisonnables

[Originellement publié dans le journal Le Devoir du 1er Novembre 2013.]

Chers alliés, chères alliées,

Puisque vous manifesteriez contre le Règlement sur la prévention des troubles de la paix, de la sécurité et de l’ordre publics, et sur l’utilisation du domaine public — ou Règlement P-6 — particulièrement dans sa version amendée en 2012 sous le régime Tremblay si seulement nous donnions notre itinéraire comme des gens raisonnables, permettez-moi de postuler que pour vous, P-6, dans sa version actuelle, n’est pas acceptable dans le cadre d’une société libre et démocratique; qu’il porte atteinte à des droits autrement plus importants que celui prétendu de jouir de sa bagnole au centre-ville (parce qu’à pied ou en vélo ça circule toujours très bien); qu’il menace au moins toute manifestation spontanée ou organisée horizontalement et sans service d’ordre ainsi que toute manifestation avec itinéraire désirant circuler dans des circonstances déplaisant au SPVM ou déviant pour quelque raison de son trajet; qu’il sera éventuellement déclaré inconstitutionnel et donc illégal par la lucidité de quelque tribunal.

De votre côté, soyez assurés que je vous crois sincères dans votre volonté de nous aider à ne pas attendre la fin de ces longues procédures pour décapiter le règlement P-6; que je comprends aussi votre crainte d’arrestation en vertu de ce dernier, de blessures lors de la fermeture de la souricière qui vous attend, de détention à la fraiche durant plusieurs heures sans grand espace pour bouger et sans accès à de l’eau ou à des toilettes; que j’imagine que vous n’avez pas particulièrement de béguin pour la fouille, le menottage au dos avec des tie-wraps trop serrés, l’identification photo et vidéo sans votre autorisation, le parachutage à l’autre bout de la ville et la libération après la fermeture du métro; que vous ne reluquez pas particulièrement l’idée que l’on vous considère comme une matière à gérer au milieu d’un paquet de gens ne faisant tous et toutes qu’exécuter leurs ordres, esquivant ainsi la nécessité de justifier le moindre de leurs décrets; que vous auriez préféré, si vous aviez été à ma place le 22 mars 2013, assister à votre concert de Nick Cave & the Bad Seeds plutôt que de risquer d’avoir à débourser 637$ en amende.

Qui ne vous comprendrait pas? Certainement pas moi.

Alors vous avez peur, pour vous-mêmes et peut-être pour nous aussi, comme j’ai moi-même peur ou peut-être un peu plus, et vous aimeriez que nous donnions notre itinéraire — juste une petite fois, puisque ce n’est pas coutume — afin de vous sentir aptes à marcher à nos côtés pour dénoncer ce règlement inique. J’ai peur de devoir être le porteur d’une bien mauvaise nouvelle : itinéraire ou pas, vous devriez avoir peur.

Vous savez peut-être, en effet, que beaucoup de manifestations n’ayant pas remis leur itinéraire ont néanmoins été «tolérées» («négligées»?) par le SPVM en 2013.  Vous savez probablement que certaines d’entre elles qui défilaient sur le trottoir (1) ou dont le parcours était soit évident (2), soit inexistant (3) furent réprimées ou sérieusement menacées de l’être. Il suffit en effet au SPVM de passer de l’article 2.1 (sur l’itinéraire) à l’article 2 du même règlement pour que toute manifestation troublant ou menaçant la paix selon le « bon » jugement du SPVM soit réputée digne d’être réprimée par des arrestations de masse.

Alors la question à vous poser avant de venir manifester si vous ne désirez pas que votre liberté d’expression s’achète au prix des traitements décrits ci-haut n’est pas « va-t-on donner l’itinéraire? », mais « les responsables du SPVM jugeront-ils que nous troublons ou allons troubler la paix, selon leur compréhension de ce que cela signifie? ». Peut-être jugeront-ils que non, ou pas suffisamment pour justifier une intervention. Peut-être fonderont-ils ce jugement sur la base de facteurs comme le nombre de manifestants et de manifestantes, l’effectif policier disponible, la météo. (4) Peut-être aussi, qui sait, sur la base du fait que la cause ne les visera pas trop personnellement, ne rappellera pas trop 2012, ne sera pas trop  anticapitaliste; que la manifestation sera assez discrète à leur goût, qu’elle se tiendra loin des grandes artères commerciales; que beaucoup des personnes présentes seront — comme vous peut-être, qui sait — considérées par les constables sur place comme des membres constructifs de la société et donc dignes d’un respect qu’ils et elles n’ont manifestement pas le désir ou la capacité d’étendre à plusieurs. Tout ou presque sauf la question fondamentale, « des actes criminels ont-ils été commis?», qui ne justifierait par ailleurs que l’arrestation des gens ayant causé ces méfaits, pas l’arrestation de masse et la culpabilité par association qu’elle implique. Peut-être donc, sur la base de ces divers facteurs plus ou moins loufoques, vous en tirerez-vous cette fois. Peut-être nous en tirerons-nous aussi.

Mais peut-être pas.

Nous devons donc conclure que manifester significativement et sans risque, pour certaines causes dont la nôtre, dans le contexte actuel, itinéraire ou pas, est impossible. Plus fondamentalement : si vous venez et que vous vous en tirez, si on ne s’en tire que tant que vous êtes là, ou plus généralement que tant que notre manifestation est jugée « tolérable » (« négligeable?») par ce SPVM que nous avons appris à mieux connaitre en 2012, qu’aurons-nous gagné, vraiment? Je vous laisse avec ça, et vous souhaite de vaincre votre peur. Si vous en êtes incapables, nous vous comprenons, c’est d’ailleurs arrivé à plusieurs ayant défié P-6, et ça arrivera probablement à d’autres. Ça m’arrivera peut-être, qui sait. Nous accueillons à bras ouverts toute l’aide que vous serez capable d’offrir à cette lutte, selon vos capacités. Mais, de grâce, ne nous demandez plus de donner notre itinéraire. Demandez plutôt justice à ceux et celles qui nous répriment : à notre service de police qui ne serait qu’un simple exécutant s’il ne militait pas activement pour la préservation de P-6 (5), et avant tout aux membres de la classe politique qui encouragent, cautionnent ou tolèrent cet état des choses.

Cordialement,

Anarchopanda pour la gratuité scolaire

(1) Comme lors de la toute récente manifestation contre le projet de pipeline Enbridge du 10 octobre 2013.

(2) Notamment la manifestation de la Journée des travailleurs et travailleuses du 1er mai et ses 447 arrestations, car entendons-nous qu’il n’y a pas vingt manières sensées de marcher de l’Hôtel de ville au Club sélect 357c.

(3) Puisque la manifestation était statique, comme lors de la fameuse manifestation devant l’école primaire Saint-Pierre-Claver du 2 mai 2013.

(4) Ian Lafrenière, commandant aux communications du SPVM, cité par Marie-Michèle Sioui, Règlement P-6 : pas de règles d’application précises, « La Presse », 1er septembre 2013.

(5) Jeanne Corriveau, Le SPVM défend son application du règlement P-6, « Le Devoir », 18 avril 2013.

Lettre ouverte à ceux et celles qui manifesteraient contre P-6 si seulement nous donnions notre itinéraire comme des gens raisonnables