Fuck la violence, mais encore…

[Originellement publié sur Ricochet le 17 Avril 2015]

Lettre ouverte en réponse à « « Fuck toute », mais encore… », Rima Elkouri, La Presse, 16 avril 2015

J’aimerais préfacer ma réponse à ton texte, Rima, en te rappelant ce que tu sais déjà : le respect infini que j’ai pour ton travail de journaliste, et le respect presque infini que j’ai pour ton travail de chroniqueuse. La différence entre les deux n’est pas vraiment une affaire personnelle: je considère simplement la première tâche plus noble, plus ardue, plus utile que la seconde, et d’une manière ou d’une autre préalable à celle-ci. Je t’ai d’ailleurs découvert dans une série de chroniques qui portaient sur la question du logement, chroniques particulièrement bien informées, car elles s’appuyaient sur ton propre travail préalable de journaliste sur cette question.

Tu comprends maintenant, Rima, que cette préface ne sert pas uniquement à vanter tes talents indéniables, mais à gesticuler vers ce qui me trouble, au fond, dans l’article que tu as publié hier, et qui pour moi n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, mais malheureusement un des pires, de ce qu’on pourrait appeler le «syndrome du chroniqueur»: la presque nécessité professionnelle d’écrire sur des sujets ou des milieux au sujet desquels on est peut-être plus informé ou on a peut-être plus réfléchi que la majorité des Québécois et Québécoises (ce n’est souvent pas dur à battre), mais au sujet desquels on n’est peut-être pas assez informé ou on n’a peut-être pas assez réfléchi malgré tout.

Si tu veux bien tolérer ce même vice chez moi quelques instants, je ne crois pas que tu aies écrit l’article parce que tu manquais de sujets à traiter. Je me trompe peut-être, mais je crois que tu l’as écrit parce que tes collègues se sont fait brasser à l’UQÀM la veille, et que ça te dérange beaucoup, ce que je comprends entièrement. Tu crois à la liberté de presse, à la neutralité journalistique comme idéal sinon comme réalité, ces gens sont possiblement tes amis, etc. La première (et dernière) fois que nous nous sommes rencontrés, d’ailleurs, en 2012, nous en discutions en face du Palais de justice de Montréal alors que des gens masqués tentaient d’empêcher tes collègues de filmer d’autres militant-e-s qui prenaient la parole en solidarité avec des arrêté-e-s politiques de la grève. Tu étais fâchée de ça à l’époque, je ne vois pas pourquoi tu ne le serais pas aujourd’hui. Alors tu prends la plume pour parler comme tu te sens le devoir de le faire au sujet de la violence regrettable d’une frange du mouvement étudiant, et selon moi, malgré tes intentions les plus nobles, tu frappes un certain nombre d’écueils importants que je me dois de souligner:

  1. Tu écris: «Pour le pouvoir, cette violence est une bénédiction, qui le conforte dans sa position et justifie la répression. La non-violence serait autrement plus embêtante.» Mais pour croire que la non-violence serait «embêtante», on doit croire qu’en se laissant (bêtement ou pas) réprimer, on pourrait bénéficier de la sympathie du reste de la population ou d’un élan spontané de conscience de nos dirigeant-e-s. Les étudiant-e-s, même avant la «violence», ne croyaient pas cela possible. Peut-être à tort, j’en conviens, mais tu ne viendras pas me dire, Rima, qu’ils et elles manquaient de raisons de croire cela. Dans ces circonstances, sentant que la société ne les défendra pas, ils et elles se défendent. Que cette défense puisse être maladroite est, tu le conviendras, plus que normal. On parle quand même d’étudiant-e=s, pas d’une guérilla urbaine professionnelle, quoique puissent laisser entendre certains médias de masse.
  2. «Comment aurait-on pu éviter d’en arriver là? Le fait d’encadrer le droit de grève aurait-il pu prévenir les débordements? Y a-t-il eu une dérive autoritaire qui, sans excuser le saccage, permet d’en comprendre la genèse? On pourrait en discuter longtemps.» Mais tu n’en discutes pas du tout, et ces questions font partie des questions fondamentales, celles qui, comme tu le suggères toi-même, expliquent tout le reste. Si un locataire utilise une chaufferette portative illégale et sacre le feu à son immeuble, Rima, tu ne viendras pas me dire que le fait que son propriétaire ne chauffait pas le bloc est impertinent? Si tu ne veux pas, je te paraphrase, conforter le pouvoir dans sa position et justifier sa répression, tu ne peux pas faire l’économie des causes pour ne t’attarder qu’aux symptômes.
  3. L’amalgame entre anarchisme et violence dont ton texte est saturé est franchement dégoûtant. Tu sais pertinemment que tous les anarchistes ne sont pas violents, et tu devrais aussi savoir, ce qui ne semble pas être le cas ici, que tous les violents ne sont pas anarchistes. Par ailleurs, il ne suffit pas de se masquer pour être anarchiste, ou de s’autoproclamer anarchiste pour l’être, et c’est justement à cause du genre d’amalgame que tu opères que des violent-e-s se diront anarchistes sans trop comprendre ce que cela veut dire pour se donner un vernis de justification idéologique. Il existe néanmoins, c’est vrai, des anarchistes dignes de ce nom qui, après réflexion, en sont arrivés à la conclusion qu’une certaine violence, surtout symbolique, peut quelquefois faire partie de la solution et qui sont passés à l’acte sur la base de cette conviction. Je ne sais pas combien tu en connais. Je crois en connaître plus que toi, et je n’en connais vraiment pas beaucoup.
  4. Tu dis que la «piètre stratégie anarchiste» est imposée par les militants aux autres étudiants. Je te suggère qu’elle est plutôt imposée par les circonstances: si les étudiant-e-s veulent faire lever leurs cours, à la suite d’un vote démocratique à cet effet, alors que l’université ne leur reconnaît pas ce droit, ils et elles doivent forcer leurs professeur-e-s à lever les cours au sens de leur convention collective. Les professeur-e-s doivent donner leur cours sauf s’ils et elles constatent que les conditions académiques minimales ne sont pas présentes. Avant que l’UQÀM ne leur demande formellement de ne pas se préoccuper de ça, ça pouvait vouloir dire ne pas avoir assez d’étudiant-e-s pour enseigner, depuis ça revient finalement à dire qu’ils et elles doivent se sentir en danger. Les étudiant-e-s, pour faire lever leurs cours, doivent donc, ce n’est pas du tout optionnel, donner l’impression à leurs professeur-e-s que leur sécurité est en danger. Si les étudiant-e-s qui font ceci sont menacés de diverses sanctions administratives et pénales, ils et elles doivent dissimuler leur identité s’ils et elles ne veulent pas (bêtement ou pas) subir la répression. C’est ce qu’il faudrait expliquer aux gens pour que les gens comprennent ce qui se passe à l’UQÀM, mais expliquer n’intéresse pas grand monde, réf. point 2.
  5. Dans ce contexte répressif, Rima, malgré ton attachement compréhensible à la liberté journalistique de tout filmer ce qui relève de l’intérêt public, tu peux peut-être quand même un peu comprendre que les étudiant-e-s ne sont pas particulièrement friands de caméras? Parce qu’il faudrait quand même expliquer à un moment donné que ce sont bel et bien les caméras qui dérangent, pas tant les journalistes, bien que je te concède qu’il y ait des exceptions: à ce sujet, sais-tu que certains de tes collègues d’une certaine agence de presse que je ne nommerai pas ont été aperçus de façon indépendante par plusieurs camarades en train de collaborer avec le SPVM en leur montrant des photos de militant-e-s durant les manifestations? Par ailleurs, tant qu’à se poser des questions, peut-être faudrait-il un jour se demander si c’est vraiment l’ «intérêt public» qui est servi par ces images sensationnelles que tes collègues recherchent à tout prix, et peut-être faudrait-il un jour se demander pourquoi, lorsque tes collègues sont victimes d’une violence au moins aussi réelle de la part du SPVM, ça ne fait pas le même genre de grosses nouvelles.
  6. «Il faudrait trouver mieux.» Soit, Rima, mais comme à peu près tout le monde, et je m’inclus là-dedans, tu n’aides pas beaucoup. Tu suggères l’alternative évidente à la continuation du conflit, sa fin, aussi temporaire soit-elle. Est-ce «mieux», comme le pensait effectivement l’exécutif de l’ASSÉ? Peut-être, je n’en sais rien, mais tu conviendras qu’ils et elles y ont déjà pensé et ont même longuement (c’est un euphémisme) débattu cette question dans les assemblées générales et en congrès, alors pour ce qui est de « trouver » quelque chose, on repassera.
  7. Les «radicaux masqués» (qui ne sont ici peut-être pas anarchistes, c’est déjà ça de gagné) auraient pris les commandes du mouvement? Je croyais bêtement que c’était les assemblées générales et les gens qu’elles délèguent qui avaient le contrôle du mouvement, mais si tu as de l’information privilégiée, Rima, je suis tout ouïe.
  8. «On a vu durant le printemps 2012 les problèmes que cela [«la diversité des tactiques», «l’usage ponctuel d’actes violents»] engendrait pour la crédibilité du mouvement étudiant.» Moi, Rima, je n’ai pas vu ça. J’ai vu des gens qui se sont défendus (si peu!), j’ai vu une répression policière, médiatique et législative qui s’est diversifiée et intensifiée, j’ai vu des gens qui même mal informés en sont venus à la conclusion que ça n’avait pas d’allure et qui sont descendus dans les rues avec des casseroles, et j’ai vu un gouvernement tomber. Avec des résultats prédictiblement lamentables (d’un point de vue anarchiste) certes, et je sais que beaucoup se sont affairés depuis à minimiser le rôle de la grève de 2012 dans la chute du gouvernement Charest jusqu’à dire que cette chute s’est faite malgré leur grève, mais j’espère encore pouvoir présumer, Rima, que tu ne fumes pas de ce crack.
  9. «Quand un mouvement majoritairement non violent est appuyé par des militants anarchistes utilisant la violence et la confrontation comme moyens de lutte, cela ne peut que lui nuire, même si ces militants restent minoritaires.» Voici le genre de phrase qu’on devrait, contrairement à l’usage usuel, préfacer par «Je pense que». En tout cas j’espère que tu crois que l’on devrait comprendre cette phrase comme un énoncé purement idéologique, Rima, parce que comme énoncé empirique portant sur la longue histoire des mouvements sociaux, c’est totalement discutable et passablement discuté au sein d’une littérature riche et complexe à laquelle je peux te référer si tu le souhaites. D’ici là, s’il te plaît, assumons que la réponse à la question «Comment opère concrètement la dialectique entre violence et non-violence dans les mouvements de résistance populaire qui ont historiquement fonctionné?» risque de se trouver du côté compliqué de la Force.
  10. Tu poses la question très pertinente suivante: «Car de qui parlera-t-on au lendemain de la manifestation? Des 1000 manifestants pacifiques ou des 10 anarchistes qui ont cassé des vitres de banques?» La réponse est fort simple, Rima: si des vitres ont été cassées, on parlera certainement de ça et peut-être aussi des mille manifestants pacifiques; si aucune vitre n’est cassée, tu sais aussi bien que moi que personne ou presque ne parlera des mille manifestants pacifiques. On n’a même plus la garantie qu’on parlera de ces mille manifestants pacifiques s’ils et elles se font arrêter, probablement de façon violente et inconstitutionnelle, par la police, ce qui dans toute démocratie qui se respecte devrait être un scandale. La lugubre réalité est que la majorité des journalistes présent-e-s lors de manifestations ne sont là que pour la casse. Ça ne la justifie peut-être pas, on peut en discuter, mais peut-être que ça l’explique un peu.
  11. Pour conclure l’analyse du détail, Rima, par respect pour l’ensemble de ton œuvre et pour ma santé mentale, tu me permettras de simplement ignorer ton traitement des objectifs et de la psychologie des «militants anarchistes» qui reprend dans une version légèrement plus polie l’essentiel des absurdités que l’on entend à leur sujet dans les radios-poubelles, en particulier l’idée totalement obscène qu’ils et elles chercheraient, au fond, une répression qui «les galvanise davantage et leur donne une raison d’être». J’ai peut-être tort, Rima, mais je vais continuer à croire encore un peu que tu es meilleure que ça.

Pour conclure, Rima, j’essaie dans ma vie d’être le moins prescriptif possible afin d’être conforme à une idéologie que tu connais au moins de nom et que je juge approximativement correcte, mais puisque tu te permets de donner des conseils aux étudiant-e-s, tu me permettras peut-être de t’en donner un à mon tour: peut-être devrais-tu un peu redevenir journaliste. Si tu as une caméra, laisse-la chez toi (conseil d’ami) et prends le temps d’aller jaser avec ceux et celles au sujet desquels tu pontifies aujourd’hui. Demande-leur ce qui leur est arrivé. Demande-leur ce qu’ils pensaient au début, ce qu’elles pensent maintenant.

Demande-leur pourquoi ils et elles font ce qu’ils et elles font, et écoute, l’esprit minimalement entrouvert, ce dont je te sais éminemment capable. Tu pourrais être surprise. (Et peut-être que certains et certaines de tes collègues journalistes qui n’ont pas cette habitude pourraient essayer ça aussi?)

Fuck la violence, mais encore…

À la CLASSE

[Discours prononcé lors du rassemblement ‘Nous sommes avenir’, 10 août 2012]

Chers étudiants luttant avec la CLASSE,
Chères étudiantes luttant avec la CLASSE,

Je m’appelle Julien, j’enseigne la philosophie et je suis pour la gratuité scolaire. Je fais partie de Profs contre la hausse, qui malgré son nom regroupe beaucoup de profs qui sont également pour la gratuité scolaire. On m’a demandé de vous dire c’est quoi Profs contre la hausse et pourquoi on vous appuie. Puisque j’ai seulement quelques minutes, je vais essayer de faire les deux en même temps.

Si j’avais à vous expliquer en une phrase et de la manière la plus scientifiquement exacte possible ce qu’est Profs contre la hausse, je dirais, « Profs contre la hausse c’est comme vous-autres mais en moins hot et avec des profs. » Je m’explique.

Profs contre la hausse est né du besoin des profs de se rencontrer drette là, tous et toutes, de manière inter-syndicale pour ne pas dire para-syndicale pour ne pas dire presqu’extra-syndicale (dans le sens des grandes centrales, on s’entend), pour réfléchir (pas trop) et agir (le plus possible) en support à votre lutte. Je sais que je devrais dire notre lutte. J’y reviens plus tard.

À Profs contre la hausse, il n’y a pas de président ou de présidente, même pas de porte-parole à vrai dire en tout cas surtout pas moi, tout se fait en comité, de la manière la plus horizontale possible, et ensemble avec ceux et celles qui sont là on s’organise pour faire ce qu’on peut faire. Et ça marche, je dirais, assez bien. Avec l’aide financière et logistique des centrales, il faut le reconnaitre et nous les en remercions sincèrement, nous avons organisé un journal, des pétitions, des déclarations publiques, des manifs, un geste d’éclat à l’Assemblée nationale, du piquetage de support aux blocages des CÉGEPS et des universités, des interventions en AG quand on nous l’a demandé, la Chaine de Solidarité Profs-Étudiants, une tentative manquée de nous livrer au SPVM parce que nous prévoyions désobéir à la loi 12, et j’en passe pas mal.

On ne s’est jamais vraiment demandé entre nous pourquoi on s’organise comme ça, et pourquoi par cette organisation on fait ces choses-là. Mais s’il y a une réponse à cette question, c’est bien celle-ci: parce que vous êtes organisés pas mal comme ça, et parce que vous faites pas mal ces choses-là, ou pour être plus précis, parce que vous avez raison d’être organisés comme ça, et que vous avez raison de faire pas mal ces choses-là.

Vous avez raison parce que vous avez compris qu’une des choses les plus importantes au sein d’un mouvement social, c’est de s’assurer que nos moyens ne sont pas en contradiction avec nos objectifs. Qu’on n’arrivera jamais à une société libre, honnête et juste si on bûche pour s’y rendre dans des structures autoritaires, manipulatrices et qui préservent en leur sein les privilèges qu’elles prétendent combattre. C’est pareil dans les actions. Les gens qui ne nous comprennent pas ne comprennent pas qu’on ne puisse pas remettre un foutu trajet avant une manif de nuit parce qu’ils et elles ne comprennent pas que pour remettre un trajet d’avance, ça prend quelqu’un ou quelqu’une, ou quelques-uns ou quelques-unes qui le décident d’avance. Ça prend des gens qui décident et des gens qui suivent. Nous et vous, on veut que le plus grand nombre possible de gens qui auront à suivre décident aussi, parce qu’on sait qu’en passant par-là, même si des fois avouons-le c’est crissement chiant de passer par là, l’action sera leur action, le combat leur combat.

Il est impossible pour moi de vous exprimer à quel point j’aimerais vous dire que la lutte contre la hausse est le combat de Profs contre la hausse, mais je n’en suis pas capable. Bien que par Profs contre la hausse vos profs s’impliquent plus qu’ils et elles ne se sont jamais impliqués auparavant dans la défense de l’accessibilité à l’éducation supérieure, je crois que la chose honnête à vous dire reste que le combat de Profs contre la hausse est généralement encore aujourd’hui de supporter votre combat contre la hausse. C’est aussi un combat, faire ça, et c’est aussi contre la hausse, mais comme je vous l’avais dit, on n’est juste pas aussi « hots » que vous. En guise d’excuses, j’espère que vous comprenez à quel point mener même ce combat-là est pour nous une chose extrêmement ardue. Beaucoup parmi nos administrateurs, nos collègues, nos étudiants et nos étudiantes, les médias et la société civile en général pensent que lutter à vos côtés pour une éducation accessible n’est pas un comportement approprié pour un enseignant ou une enseignante.

On pourrait penser qu’ils et elles pensent que de lutter pour une éducation accessible n’est que l’affaire des étudiants et étudiantes, mais j’ai la conviction peut-être injustifiée qu’ils et elles ne sont pas assez stupides pour penser quelque chose d’aussi grotesque. S’ils et elles ne sont pas hypnotisés par le mirage de l’austérité sélective que sécrètent les translucides, ce qu’ils et elles pensent, au fond, c’est que vous ne luttez pas pour une éducation accessible. Vous ne luttez que pour réduire la facture d’un service dont vous bénéficiez et qui est sans grande utilité sociale dans leur sens de ce terme, c’est-à-dire sans grande utilité économique. Et effectivement, si c’était ça votre lutte, j’aurais certainement passé cinq mois à travailler sur ma thèse.

Ces gens ne peuvent donc pas comprendre que vous retardiez votre progression académique, que vous perdiez des opportunités d’emploi, que vous souffriez du manque de sommeil et de l’effort des longues marches, des coups de matraque et du poivre, que vous perdiez des organes, tabarnak, et risquiez d’être fichés, emprisonnés et de subir des amendes pouvant dépasser la hausse que vous combattez. Alors disons leur ensemble que s’ils ne le comprennent pas, c’est parce que c’est effectivement incompréhensible. On ne sacrifie pas tant pour du fric, on sacrifie tant pour un idéal, un rêve, un désir de vivre un jour dans une société à la hauteur de l’humanité à laquelle nous aspirons.

Votre lutte et d’autres devraient être menées de front, comme vous menez la vôtre, par tout être humain partageant le même idéal que vous, parce votre courage devrait être notre courage et que l’incarnation de cet idéal est ce que les êtres humains méritent- et nous sommes nombreux à lutter avec vous selon nos capacités, plus nombreux qu’on aurait pu le croire avant que vous nous ayez secoués de notre torpeur, mais peut-être encore pas assez, et peut-être encore avec pas assez de courage. Cela serait une raison de baisser les bras si ce n’était pas une mauvaise raison. La transformation de la société comme vous la voulez, une vraie transformation, par le bas et avec le peuple, et non d’en haut et malgré lui, est un combat quotidien d’éducation et de mobilisation populaire qui nécessite énormément de patience et d’empathie, et dont les effets tardent souvent à devenir manifestes.

Personne dans l’histoire récente du Québec n’a poussé aussi loin ce combat que vous. Personne n’a sacrifié collectivement autant que vous dans la poursuite d’une société plus juste parce que plus égalitaire. Nous, et je sais qu’ici je peux parler pour chaque Prof contre la hausse que j’ai eu le plaisir et le privilège de rencontrer en ces derniers mois, nous savons cela. Et c’est pour cette raison, et pour tout ce que vous nous avez appris, à nous les profs, que je vous prie d’accepter ce soir, en notre nom, ce témoignage inadéquat de notre respect et de notre amour infini.

À la CLASSE